28 juil. 2017

Hush2017: vibrer avec classe au son de la basse

0 commentaire

Pour célébrer le nouvel an, plusieurs promoteurs montréalais nous ont promis une soirée classe, chic, épique. LA soirée devenue incontournable pour plusieurs depuis 4 ans est, dès lors un secret de polichinelle: Hush! Et non, nous ne parlerons pas de cet événement isolé et triste, survenu en fin de soirée, que certaines presses s'efforcent à diffuser en boucle...Une 4e édition, donc, mais aussi quatre années de productions événementielles toutes aussi originales que sans drames, signées par le comédien et promoteur Benz Antoine, et sa complice en organisation d'événements Taïna Jecrois.

 

Ce qui nous intéresse, c'est l'ambiance unique. Dès 9 heures du soir, les portes ouvrent mais pour la clientèle, majoritairement haïtienne, qui célèbre, le même jour, l'indépendance avec sa traditionnelle soupe Joumou, c'est vers 11 heures que la file d'attente se forme devant le prestigieux Windsor Ballroom. Tenue de soirée obligatoire, bien-sûr, et à part quelques exceptions, on se croirait à Hollywood Boulevard, tellement on y voit de fierté, d'élégance et de classe y défiler... Les femmes scintillent de mille feux, tandis que les hommes sont, pour une fois dans l'année, dignes d'un magazine de mode... Il ne manque plus que le service de valets de stationnement et le tapis rouge des galas pour ressentir l'esprit Jetset de l'événement ! MAIS, calmons nos ardeurs, entre deux tempêtes de neige, "y fat frette en mini-jupe et talons hauts » !! Après l'accueil chaleureux de l'administration, et hautement supervisé par plusieurs agents de sécurité, direction: vestiaire ! Le personnel y est courtois et efficace. Puis, on passe aux toilettes pour les dernières retouches, avant de faire son entrée dans le grand hall. Un tapis rouge, digne de ce nom, avec des photographes et des bannières à l'effigie des événements Hush précédents, pour y croquer les meilleurs selfies entre amis... D'ailleurs, où est le photoboot avec les lunettes et chapeaux qu'on y voyait les années passées ?

La magie se fait sentirAlors qu'on marche vers le fond, dans un mélange d'ambiances: d'abord, le point de vente de billets pour les consommations, puis, la salle rouge, à droite, raisonnant aux rythmes urbains du hiphop et dancehall tandis qu'on entend aussi les échos de la salle bleue, avec un son pop et zouké... puis. Justement, parlant de musique! Une belle brochette de DJs nous offre, dans chacune des salles, une variété musicale assez satisfaisante, en alternance ... Seuls bémols aux oreilles des connaisseurs: l'acoustique fait défaut, avec trop de "basses", faisant vibrer les murs et fourmiller les orteils. Et les danseurs diront que les transitions sont parfois douteuses, ou les changements de rythmes trop rapides pour se laisser emporter dans les bras de son nouveau partenaire de danse, ou simplement chanter à tue-tête son refrain fav... "touuuutoutoutouuuum, DJ Mapafini". Transitions qui méritent un peu de travail pour atteindre la finesse du Parrain des DJs, sans devoir répéter les mêmes listes musicales d'un disc jockey à l'autre. Bref, l'animation était superbe! Quelle animation? Ah, c'est vrai, car même si on paie une section VIP avec nos meilleurs amis, des bouteilles à 200$, qu'on a mis entre 50 à 300$ sur notre tenue, et qu'on ne veut surtout pas être dans un club pour fêter son jour de l'an...et surtout qu'on se retrouve face à un hôte de la trempe du fameux Benz Antoine... Sans rancune, mais, y se passe quoi? On le voit bien, il accoure d'une salle à l'autre, saluant et accueillant personnellement tous ses convives, veillant à ce que chacun vive un moment inoubliable ! Juste pour cela, chapeau Benz!

 

Attends, non mais... Et Jean Pascal?

De la personnalité !Arrivant sur le tard, bien sapé, faisant la vedette devant certains fans et accordant des entrevues aux médias, tous les espoirs reposent sur sa personnalité reconnue comme ... divertissante! On ose imaginer qu'il ait souhaité la bonne année publiquement à toutes et à tous, mais ...on a du rater cette épisode de la soirée pendant la seule sortie pour fumer un cigare ou, en allant aux toilettes !Tellement d'animateurs talentueux dans la ville, pour créer ce momentum, se connecter ensemble, dans un but commun, et souffler un vent nouveau sur Mourrial...? Non? Trop spirituel ? Ok, mais Céline Dion, au moins, aurait pu venir en kayak... Trop demandé, c'est vrai! Elle a beaucoup trop de "swag" avec son adoré nouveau styliste, pour se permettre de "frapper" la soirée, Incognito, avec "Dddanse dans ma tête"... M. Trudeau, vous? Ah non, c'est vrai... le Canada fête son 150e cette année, en même temps que notre ville décorée de sapins orange et blanc, bordant nos routes qui nous font vivre des sensations dignes de notre fabuleux manège - Monstre, de La Ronde... -"Ça fait du bruit, mais ça tient..." "Papaoutai ?" Imaginez: si le maire de Montréal était venu débuter la première journée du 375e anniversaire de la ville avec nous... M. Coderre, dites-nous si la soupe Joumou était bo bonne, au moins? N'ayez pas peur de nous le tweeter, snapchat-instagrammer, on comprendrait: même Trump n'a pas pu y résister! Dire que le projet de loi pour allonger les heures d'ouverture des établissements servant de l'alcool avait été si durement critiqué, et que votre seule présence au Hush aurait pu renverser les choses... Eh non!

On va se contenter d'un tweet... c'est beaucoup d'efforts pour l'équipe de Benz pour redonner à Montréal son caractère glamour autrefois reconnu internationalement ... Pour ne recevoir une attention médiatique de type scandale... Sans commentaires. Chut. Alors on danse...Comme n'est PAS un club, et que nous sommes tous si bien vêtus, avec des hôtes incroyables, on voudrait bien fêter jusqu'à ... Mais, mieux vaut respecter les règles, éviter la cohue dans le vestiaire à 3h du mat, plusieurs quittent très tôt la soirée, ce qui enlève la prestance à la soirée... Pour ceux qui arrivent tôt le matin, du moins... Soit, disons-le, ce n'est pas faute de talents pour les organisateurs, qui gèrent cette foule avec distinction! C'est important de le répéter: un événement comme Hush se prépare des mois d'avance, donc, "respect"! À chacun ses préférences pour débuter l'année, mais cette soirée s'adresse surtout à celles et ceux qui veulent vivre un moment Jetset, entre amis ou en solo, pour faire des rencontres ... Et surtout, vibrer sur de la musique dans l'tapis... La Classe, oui! On souhaite tout le succès aux prochains événements Hush, un bon début d'année marquant le début des vraies festivités pour les montréalaises et mon Réal laid... De retour dans le hall, le lieu des retrouvailles et d'un certain déchirement devant toutes ces possibilités, pour ceux qui ont des goûts musicaux différents de leurs pairs... Et la petite pièce du fond, où Taïna Jecrois y a réuni 2 des meilleurs DJs montréalais du zouk et du kompa, pour ceux et celles qui souhaitent y réaliser de petites gouyades bien senties... "Et quand on croit que c'est fini, eh bien ´y'en a encore, jusqu'à la mort... Alors on danse..." - encore Stromaë ! M. Coderre, voulez-vous danser avec nous pour la 5ème édition Hush?

Derniers posts
  • Après avoir été désindexées des salaires (1993), et taxées (2013), puis re-taxées (2018), bloquées (2014), puis re-bloquées (2018), les retraites ne seront plus indexées sur la hausse des prix (2019). Quand des délinquants millionnaires dépouillent des retraités, ils ne le font pas qu’à moitié ! Les escrocs protègent ensuite leur magot qui sert à remplacer l’ISF et donner du CICE à ceux qui s’arrosent déjà de champagne du matin au soir. Seconde tournée, à votre santé ! Mais, les escrocs sont intouchables. Même leur effigie en carton est intouchable, c’est dire. Le vol en bande organisée n’est pas sanctionné. Leur crime paye leur isf et quelques louches de caviar supplémentaires. Et la police est là pour protéger tout ça. Au service des escrocs, pas des escroqués. Mais ne voyez nulle trace de haine dans tout ça. Non, c’est la foule qui est haineuse, dit le banquier parvenu (dé)servant de président, qui est le seul à présenter ses vœux… en menaçant les autres. La foule. Les riens. Les fouteurs de bordel. Les fainéants. Les vêtus de t-shirt. Les sans dents. Les cyniques. Les illétréEs. Les haineux. Nous, quoi. Cette foule, désarmée, mais si violente, si haineuse, comptant tant de morts et d’amputés parmi elle, alors qu’il n’y en a aucun du coté du « beau linge (sale) » et de leurs protecteurs casqués avec armes de guerre. Cette foule, désarmée, mais si violente, si haineuse, qu’un tir de flash ball dans la tête n’est que forcément mérité, justifié, illégal certes, mais validé comme au temps des parrains, par le ministre qui connait bien le milieu de l’intérieur. Ils portent en eux la violence et la haine comme la nuée porte l’orage, toute leur politique n’est faite que de ça. On le constate encore avec un décret sorti la veille du nouvel an qui sanctionne non pas le chômage et les faiseurs de chômage, leurs amis, mais les victimes, les chômeurs. Ils portent en eux la violence et la haine comme la nuée porte l’orage, mais ils osent dire qu’elles seraient nôtres ! Source: José Sanchez
  • Le mouvement des Gilets Jaunes inquiète, et des stratagèmes divers sont employés, par le gouvernement mais aussi par les médias, pour l’affaiblir. Retour sur 10 méthodes employées ces dernières semaines. 1 – L’euphémisation Cette méthode vise à nier l’ampleur du mouvement pour éviter son succès. En clair, la France n’est pas représentée par quelques dizaines de milliers de personnes dans les rues. C’est un mouvement minoritaire qui parle à tort pour la majorité. Pour E.Philippe, le 1er Ministre, il fallait à tout prix minimiser : « une minorité bloque le pays ». Les sondages indiquent pourtant un soutien des Français à plus de 70%. 2 – Les mensonges sur les chiffres Comment mieux décourager les manifestants que de donner des chiffres ridiculement bas ? « 8000 personnes sur les champs-élysées », « 105 000 personnes le 24 novembre », alors qu’un syndicat policier en dénombrait 750 000. Le ministère de l’Intérieur a par ailleurs rehaussé son estimation en la doublant 24 heures plus tard, discrètement. En mentant sur les chiffres, il est plus facile d’appliquer la 1ère méthode d’euphémisation. 3 – Culpabilisation des manifestants Faire culpabiliser les Gilets Jaunes, c’est facile. Le blocage nuit à l’économie, à de petites entreprises, comme les joailliers par exemple. Les Gilets Jaunes mettent en péril ces gens-là. Ils bloquent des gens qui ont besoin de passer pour aller voir des proches dans le besoin. Bref ces Gilets Jaunes sont des monstres sans aucune compassion, coupables des pires méfaits. 4 – Lancement d’un Contre-Mouvement Après le lancement du hashtag #SansMoiLe17, via un employé de LaREM, le parti présidentiel, il y a eu la naissance du mouvement des foulards rouges, qui refusaient aussi les blocages. Cette méthode visait à rééquilibrer la balance des forces en présence, sauf que la mayonnaise n’a pas pris. 5 – Mettre en avant le coût pour les citoyens Eh oui, tout cela, ça coûte cher. Dégrader un radar ? Ce sera aux Français de payer la réparation via ses impôts. Via cette stratégie, complaisamment reprise par bien des médias, le gouvernement veut faire croire aux Gilets Jaunes que la violence est inutile, qu’il faut manifester sagement. Pour ce week-end, E.Philippe insiste sur une manifestation « déclarée » et sans violence. Avec les quelques concessions du gouvernement, les Gilets Jaunes sont plutôt incités à continuer sur cette voie. 6 – Faire de petites concessions Contenter les modérés, isoler les radicaux pour mieux les combattre. En faisant quelques concessions, le gouvernement espère apaiser la tension, faire baisser la mobilisation pour finalement discréditer le noyau dur d’irréductibles, « réfractaires au changement ». Réponse dans quelques jours pour le 4ème week-end de mobilisation, pour savoir si cette stratégie va fonctionner. 7 – Mêler aux revendications des « luttes » communautaires La révolte est fiscale. Mais en s’agrégeant, des manifestants du collectif « Justice Pour Adama » dénature le mouvement. Ils veulent « ne pas laisser le terrain à l’extrême-droite », comme si c’était ce qui importait les Gilets Jaunes. L’unité à peine croyable d’un mouvement aussi décentralisé et spontané volerait en éclats si ce genre de combats venait sur le devant de la scène. 8 – Mêler des casseurs aux manifestants A Paris, les casseurs sont nombreux. Les inciter à venir, ne pas les arrêter, c’est l’assurance d’avoir des images d’abribus cassés et de banques saccagées et donc l’assurance de jeter un discrédit sur le mouvement des Gilets Jaunes. De nombreuses vidéos circulent sur Internet de policiers déguisés en casseurs. L’Etat a ensuite beau jeu de déclarer que les violences sont inacceptables. 9 – Une justice punitive De la prison ferme pour détention d’un masque à gaz ? Bienvenue en France. Des Français sont jugés en ce moment, sans avoir participé à aucune violence envers les forces de l’ordre ni à aucune casse, simplement pour avoir été dans la manifestation à Paris avec un masque à gaz. La prison, infamante pour les gens honnêtes, décourage les plus virulents. 10 – Une police répressive Grenades lacrymogènes, flashball, canons à eau : si ces faits s’étaient produits en Russie, nul doute que la communauté internationale aurait fait part de son inquiétude quant à la sauvegarde des droits de l’homme. La répression violente des manifestants permet aussi de démoraliser les contestataires, surtout les plus modérés. Ces stratégies ont déjà été utilisées, mais pour l’instant n’ont pas réussi à briser l’élan du mouvement des Gilets Jaunes. Preuve des racines profondes de la colère…
  • RESTEZ CONNECTEZ SOLIDARITÉ! Nous organisons à la Juste Debout School une COLLECTE DE VÊTEMENTS pour adultes, enfants et bébés cette semaine et ce week-end pour AIDER LES SINISTRÉS DE ST MARTIN. Commencez à trier vos affaires, le T-shirt, le pantalon, les chaussures qu'on garde mais qu'on ne met jamais, on en a tous un dans nos placards! CONTACT JUSTE DEBOUT SCHOOL 3 rue de l'Est 75020 PARIS Métro 11 jourdain / Métro 3 Gambetta Tel: +33 (0)9 84 05 50 75 Email: jds@juste-debout.com La Juste Debout School en France a ouvert l'initiative, ne soyez pas timides et soyons solidaire avec TOUS les sinistrés de l'ouragan IRMA. Faites connaitre votre initiative pour un ajout d'information à cet article à l'adresse mail suivante: Productionstwins@gmail.com Merci de faire tourner l'information!!